Camille Demon_flou_N&B_light.jpg

CAMILLE DEMON

Des chansons et du rock​

Camille Demon est Grégoire Cuvier.

Grégoire Cuvier est Camille Demon.


Grégoire est auteur-metteur en scène au théâtre.

Camille est chanteur-guitariste.


L’écriture comme point de jonction entre deux univers artistiques.

Et des racines communes qui plongent dans un exil urbain au sortir de l’enfance, un trauma familial à l’adolescence et quelques bouleversements intimes.

Des mots pour penser les maux.

Des mots pour panser les maux.


1987

Exode familial. Au-revoir Paris.

Sentiment d'exil.

Solitude.

1991

Déniche dans un grenier une vieille chaîne hi-fi et une collection de vinyles. Premiers émois musicaux : George Harrison, T-Rex, The Who, Janis Joplin, Crosby, Stills, Nash and Young… des horizons qui s’ouvrent comme autant d’échappatoires à un univers hostile.

1993

Premier groupe de rock. Bassiste. Des reprises -Black Sabbath, Lynyrd Skynyrd, Led Zeppelin, ou encore AC/DC. Quelques compositions maladroites. Une poignée de concerts bancals dans des cafés de province.

Début à la guitare. Une vieille nylon.

Des chansons et du rock.

Découverte d’Hubert-Félix Thiéfaine et de Noir désir, Mano Solo et les Têtes Raides. De la musique et des mots. Bouleversements adolescents. Écoute obsessionnelle et compulsive. Les Doors, Ten years after, Santana, Woodstock… rêves d’un ailleurs. Nirvana bien-sûr.

Des chansons et du rock.

1995

Un drame familial déchire le monde.

Tsunami intime.

Premiers poèmes.

Rêve d’un ailleurs.

Les années passent, troubles et violentes.

De la poésie.

Des mots pour penser les maux.

Des mots pour panser les maux. 

Des chansons et du rock.

Les années passent.

Troubles et violentes.

2000

Promesses d'un nouveau millénaire.

Animateur socio-culturel auprès des gens du voyage.

Une rencontre artistique impromptue.

Surgit comme un nouveau continent la puissance cathartique du théâtre.

Revenir à soi devient impérieux.

Sortir des années sombres.

Refermer la parenthèse tourangelle.

Rentrer chez soi.

Retour à Paris.

Formation éclectique d’acteur : répertoire classique et contemporain, improvisation, clown, jeu masqué, danse… une formation artistique comme une chrysalide.

Quelques années acteur, puis déploiement de son propre univers au sein de sa compagnie, le Théâtre de chair. Auteur-metteur en scène désormais. Recherche théâtrale, écriture, mise en scène de ses textes. Travail de troupe. Direction pendant trois saisons d’un théâtre situé dans un hôpital psychiatrique, puis d’un théâtre municipal.

Continue d'écrire des poèmes, à jouer de la guitare. Les poèmes deviennent des chansons. Un répertoire original prend corps, la nécessité d’en faire quelque chose devient impérieuse.

Coaching voix par Nathalie Bonnaud à l’ATLA, accompagnement par Manu Larouy au Studio des Variétés, Benjamin Georjon puis Nesles en coaching scénique. Premiers concerts en Région parisienne (Élancourt, Fresnes, Montrouge, Paris…). En recherche sur la voix il s'intéresse à l'approche du Roy Hart Theatre et rencontre Maryline Guitton qui l'amène à affirmer son identité vocale -brute, écorchée, sensible.

2020

Accompagnement en développement de projet par la Manufacture chansons à Paris (VVCM).

2021

Enregistrement d’un premier EP, arrangé et réalisé par Guillaume Charret (Lonny Montem, Yules...) en compagnie des musiciens Bertrand Perrin (batterie) et Alexandre Saada (claviers).

Sortie prévue mars 2022.

2021-2022

Accompagnement par Stéphane Ridard et La Batterie de Guyancourt.

Des chansons et du rock.

À travers personnages écorchés et paysages en clair-obscur, Camille  Demon convoque dans une mystique intime  l’absence, l’Amour, la folie et autres failles de nos vies.
Ses textes promettent une réconciliation à notre insatiable besoin de consolation et les rythmiques rock enchainées à la Telecaster distillent au fil des morceaux fêlures de l’âme et révoltes enfouies. Au crépuscule ou bien à l'aube, entre chien et loup, sa voix  nous emmène là où la dualité de l'être le confronte à lui-même.


Les chansons de Camille Demon dansent sur la brèche, magnifient nos blessures et s’invitent sur les chemins sinueux d‘un Thiéfaine ou d’un Bashung... là où la poésie nous console de vivre.